Qualités souhaitables d’un administrateur

En saine gouvernance il est essentiel de bien préparer le Conseil d’administration en donnant quelques indications concernant les attentes envers les administrateurs. En 1990, le Centre canadien de philanthropie publiait une liste des qualités souhaitables pour les Conseils d’administration afin de bien compléter ces attentes. Cette liste est encore inspirante aujourd’hui et peut être utile pour la recherche ainsi qu’à la formation de nouveaux administrateurs. Elle peut aussi servir à guider les administrateurs déjà en poste et servir de base pour une appréciation du rendement de ces derniers.

Attentes de saine gouvernance

L’administrateur d’un Conseil d’administration doit :

  1. Vouloir aider les autres et être modeste;
  2. Vouloir des responsabilités de mandataire d’une organisation qui existe pour les membres, les bénéficiaires, la clientèle ou le public en général;
  3. Avoir la capacité d’avoir des opinions et de les défendre avec respect malgré les conséquences pas toujours agréables qui peuvent en résulter;
  4. Pouvoir apporter son appui aux autres administrateurs du Conseil;
  5. Être pacifique et éviter d’intimider les autres, quels qu’ils soient. Être loyal envers l’organisation et encore plus loyal envers le bien-être de la communauté et de l’humanité dans son entier;
  6. Être capable de traiter la direction comme un partenaire, s’assurant de jouer d’abord les rôles de gouvernance, mais évitant de s’immiscer dans la gestion courante;
  7. Recevoir comme bienvenues toute l’information et tous les avis disponibles, mais se réserver le droit de tirer lui-même ses conclusions et de prendre ses décisions librement;
  8. Savoir respecter le droit des autres administrateurs du Conseil et de la direction d’être en désaccord et savoir écouter avec respect leur angle de vue. Faire en sorte que les désaccords et les controverses restent non personnalisés ayant à cœur la promotion de l’unité;
  9. Accepter comme justes les décisions qui doivent être prises à la majorité et le fait qu’il ait lui-même à voter pour ou contre des propositions ou si possible, en suggérant des alternatives;
  10. Savoir reconnaître que le temps et les énergies sont limités donc précieux. Reconnaitre que le travail trop intense sur une trop longue période peut devenir un gaspillage dommageable.

Conclusion

La compétence des administrateurs alimente leurs qualités. Une personne possédant certaines de ces qualités jouera un rôle bienveillant pour l’avancement de la cause ou de la mission de l’organisation. Elle sera reconnue par ses pairs et par les membres comme ayant été un bon administrateur.

D’autre part, il faut démasquer les faux bénévoles qui s’impliquent dans le seul but de promouvoir leurs propres intérêts personnels et qui utilisent des tactiques malveillantes n’hésitant pas à changer d’opinion dans le but de servir leurs fins. Quoique minoritaires, ils nuiront malheureusement aux intérêts nobles de l’association où ils siègent.

Il faut savoir aussi que le directeur général joue un rôle important dans la préparation de la relève du Conseil. Sans avoir le contrôle du processus, il s’en préoccupe. Il connait les qualités à rechercher chez les bénévoles-administrateurs, qualités qu’il doit posséder lui-même. Il devrait être à l’affût des personnes qui les possèdent et savoir favoriser leur arrivée au Conseil d’administration.

Merci. Bonne gouvernance!

Marco Baron, consultant en saine gouvernance